Comment faire pour commencer à réfléchir en termes de vibrations

Comment faire pour commencer à réfléchir en termes de vibrations

woman
Il est arrivé à la plupart d’entre nous se dire ou d’entendre dire par un proche : « Je savais que cela m’arriverait un jour ! » à l’instant où survenait un événement important dans sa vie. L’histoire a donc commencé dans l’invisible. En fait, ce genre de situations démontre, s’il en était besoin, que nous participons à la création de notre réalité.

Une nouvelle compréhension doit définitivement diriger notre manière de penser et d’agir : la nature des choses qui nous entoure est vibratoire et nos pensées, nos émotions, nos croyances ont un caractère magnétique. Tout cela fait de nous des émetteurs-récepteurs contribuant ainsi à nous mettre en relation avec le champ d’énergie qui nous entoure.
Selon que la nature de l’énergie émise sera positive ou négative, cela va déterminer la connexion avec une catégorie de circonstances positives ou négatives en résonance venant ainsi matérialiser nos pensées.


SE CONCENTRER RÉGULIÈREMENT SUR LA NÉGATIVITÉ AMÈNE A EN SUBIR LES CONSÉQUENCES LOGIQUES.


La personne qui redoute d’échouer à un examen, de perdre un emploi, d’être trahie va si elle persiste établir une connexion vibratoire avec sa peur. Le film est inconsciemment joué d’avance et c’est la raison pour laquelle des personnes très sensitives peuvent appréhender l’avenir et faire certaines prédictions avec grande justesse. Il est cependant toujours possible de renverser le cours des choses en changeant de pensées et de sentiments pour se relier à d’autres possibles.


Apprendre à penser en termes de vibrations


LA VIE S’AVÈRE ÊTRE UN JEU QUI A SES RÈGLES DANS LE MONDE VISIBLE MAIS AUSSI DANS LE MONDE INVISIBLE.


À l’instar du monde physique, le monde quantique possède ses lois et ses principes. Rester dans l’ignorance de ces règles conduit à les découvrir tôt ou tard mais cela risque de se faire à nos dépens et souvent brutalement. La terre est une école mais parfois aussi une maison de correction.
La seule observation des lois matérielles nous a amenés à penser que nous sommes dans un monde hostile, semblable à une jungle où règne la loi du plus fort.
La vie n’a nul besoin d’être une lutte. Considérer la vie comme un combat ne donne pas le contrôle des circonstances. Même en mettant tout en œuvre, on n’a pas toujours la certitude d’atteindre le succès, tout comme il est impossible de forcer une personne à nous aimer.
À l’heure du modèle quantique, le moment est venu de comprendre l’intérêt d’aborder les circonstances en termes de niveaux de vibrations et non plus seulement en termes d’actions.


LA RICHESSE DE NOTRE VIE EST DIRECTEMENT LIÉE À NOTRE CAPACITÉ D’ÉMETTRE UNE FRÉQUENCE POSITIVE.


Il est essentiel de comprendre que nous n’obtenons pas dans la vie ce que nous voulons mais la résonance de ce que nous émettons.
Des millions d’hommes et de femmes veulent la joie, l’amour et l’abondance et pourtant ils rencontrent l’inverse au quotidien parce qu’ils ne sont pas sur la bonne fréquence ; ils se laissent diriger par leurs émotions négatives et se concentrent sur leurs manques. Tant qu’ils n’adopteront pas un nouveau système de pensées tenant compte de la nature vibratoire de l’Univers et donc de leur capacité à changer d’énergie, ils resteront impuissants à se créer une existence pleine de satisfaction.


Le fondement de l’Univers se situe au niveau quantique


À la fois cause et substance, l’énergie forme l’essence de l’Univers reliant toutes choses. Elle est le point de départ de tout ce qui existe ou existera un jour.
Dès que nous prenons conscience que la matrice de notre monde ne se situe pas au niveau matériel mais dans un champ d’énergie doué d’une Intelligence Créatrice, nous entrons dans un extraordinaire domaine de possibilités.
Il convient alors de se mettre à l’unisson des forces énergétiques de l’Univers pour faire de notre vie un extraordinaire jeu quantique où l’invisible précède le visible.
Rien n’est statique. Lorsque l’on étudie un objet matériel au microscope électronique, on se retrouve face à un tourbillon d’électrons. Seule l’illusion de nos cinq sens nous prive de la perception que la matière est aussi énergie.

De la même manière, à cet instant précis où vous lisez ces lignes, vous avez peut-être la tête en bas ou bien alors ce sont d’autres hommes et femmes qui peuvent l’avoir puisque la terre tourne sur son axe mais à une si grande vitesse que nous n’en avons pas la moindre conscience.
Le champ d’énergie dans lequel nous vivons véhicule toute la force créatrice de la nature
Semblable à un grand bac à sable, il contient toutes les potentialités sous forme latente. Il suffit que notre conscience ou notre imagination les appelle pour qu’elles aient la faculté de se matérialiser. Ainsi, chacun d’entre nous, peut devenir un joueur capable de miracles s’il comprend les mécanismes de la création.


NOTRE MONDE CHANGE QUAND NOUS CHANGEONS


Nous évoluons parce que le monde change et que nous devons nous adapter mais il est beaucoup plus important de s’ouvrir à la perspective inverse : notre monde change quand nous changeons.
Ce qui est extraordinaire avec la physique quantique, c’est qu’elle a démontré de manière irréfutable que nous influons sur ce que nous observons. Jusque-là, ce n’était qu’un ressenti pour certains d’entre nous.
On sait aujourd’hui que des électrons n’ont pas le même comportement selon qu’il y ait un observateur ou non. Chose fascinante, si un observateur vient à porter son attention sur un électron, celui-ci va se comporter en particule. Ainsi tout ce qui est observé est affecté par l’observateur à tel point qu’il semble en devenir la source.
Le monde est tel qu’il est parce que nous le regardons d’une certaine manière. Une première conclusion évidente est que beaucoup de problèmes dans notre société auraient moins d’importance si l’on en parlait moins.
Une clef du changement est par conséquent dans notre attention, dans notre manière de considérer les événements et non seulement dans la lutte.


AUSSITÔT QUE NOTRE CONSCIENCE SE TRANSFORME, LES CIRCONSTANCES ÉVOLUENT À L’UNISSON.


Hélas, pour beaucoup de gens, le plus sûr moyen d’obtenir les choses reste encore de croire en la nécessité de grands efforts. Ils n’envisagent d’obtenir ce qu’ils veulent sans avoir à lutter et souvent pour longtemps.
Certains vont toujours chercher à s’imposer quitte à devenir de véritables pitbulls. Or, ils se trompent car le succès, la guérison ne s’obtiennent pas de manière durable par la force. Et quand ils obtiennent ce qu’ils veulent si fort, ils restent souvent aussi insatisfaits que lorsqu’ils n’avaient rien s’ils sont incapables de gratitude.
Envisager la vie comme un combat, rester sur la défensive est épuisant à long terme. Ce genre d’attitudes génère un cortège d’émotions négatives qui finissent par se matérialiser un jour ou l’autre.
Si un grand nombre agit avec maladresse, c’est parce qu’ils oublient ou ignorent totalement l’existence d’une manière d’être capable de les relier à ce champ d’énergie où leurs désirs sont à l’état latent.
Ne sachant que faire véritablement, ils voient le monde comme un endroit définitivement hostile avec le risque de se transformer en victimes. Une personne persuadée qu’elle sera toujours une « victime » fera inconsciemment tout pour s’attirer des expériences où elle aura effectivement le rôle de victime.
Certains gardent malgré tout un regard d’adolescent et entretiennent l’espoir d’une vie plus exaltante qui pourrait arriver par miracle. Mais, selon eux, ce bonheur soudain doit venir de l’extérieur, tomber du ciel sous forme de loterie ou d’un héritage inespéré. Cette attitude leur fait souvent oublier leur manque d’engagement à mettre en place des conditions propices à un futur plus épanouissant.
Votre vie est un jeu quantique

Votre vie est un jeu quantique est le dernier livre de Christian Bourit.

Livre
Abandonnez définitivement la croyance que la vie est une lutte et venez jouer avec l’invisible pour faire émerger vos désirs. Dans le jeu quantique, aucune frontière ne vous sépare de vos aspirations. Il suffit de vous mettre à l’unisson des forces énergétiques de l’Univers qui ne demandent qu’à se manifester de manière harmonieuse dans votre quotidien. Apprenez à cultiver, jour après jour, cette connexion et vous serez bientôt en mesure d’écrire un nouveau scénario de votre propre vie dans la joie et la liberté. C’est là tout le propos de cet ouvrage qui offre un accès immédiat et simple à la théorie quantique et propose …

Faut-il dépénaliser le cannabis ?

Faut-il dépénaliser le cannabis ?

Dr Paul Dupont  rédigé le 26 mai 2016 à 11h28
 
 

La prise régulière du cannabis induit des perturbations peu à peu irréversibles du cerveau profond, là où se trouvent nos systèmes émotionnels et les sièges de l’humeur. Faut-il, dès lors, dépénaliser, banaliser, déculpabiliser ? Pour permettre à ceux qui ont des maladies graves et des douleurs de se soigner, oui ! Mais sans oublier de constamment rappeler les risques encourrus par ceux qui ont une consommation déraisonnée de cette drogue pas si douce.

Permettez-moi de donner un avis tout à fait personnel, mais qui permettra peut-être de vous éclairer, si vous avez des enfants ou des petits-enfants susceptibles de fumer un joint… Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est qu’il n’existe pas de drogues douces et sans danger. Car toutes ces substances modifient les états de conscience, perturbent les fonctions du cerveau et mettent gravement en danger l’adolescent dès qu’il commence à les utiliser. Il s’agit là d‘un problème majeur de santé publique, aux lourdes conséquences.

La prise régulière du cannabis induit en effet des perturbations peu à peu irréversibles du cerveau profond, là où se trouvent nos systèmes émotionnels et les sièges de l’humeur, là où l’individu est capable de distinguer ce qui est bon ou mauvais pour lui. S’en suivent une baisse des réflexes, un désintérêt pour tout, une fatigue nerveuse avec état de manque progressif qui conduit à devenir agressif.  Plus grave encore : lorsqu’un ado est sous l’effet de la drogue, cela perturbe son sens discriminatif. Nous avons tous en nous une sorte de filtre de protection qui empêche que notre subconscient ne soit pollué par des pensées inappropriées.

Or sous l’effet du cannabis, ce filtre « se perfore » et tout peut entrer dans cette sorte de grenier des pensées qu’est le subconscient sans que la personne ne s’en rende compte. Ainsi un fumeur régulier devient facilement « suggestionnable ». Ses fréquentations,  si elles sont mauvaises, vont concourir à programmer en lui une dépendance totale. Dépendance à des drogues de plus en plus dures. Il ne s’agit plus alors du cannabis mais de toute sorte de substances addictives très dangereuses. Ces produits ont un puissant effet dépresseur sur le système nerveux et le jeune va alors entrer progressivement en dépression cigarette après cigarette, sans vraiment s’en rendre compte. Il se renferme alors sur lui-même et cela peut conduire au suicide.

Alors faut-il dépénaliser ? Banaliser ? Déculpabiliser ? Tolérer qu’une partie de la jeunesse devienne violente ou dépressive ? Ne vaudrait-il pas mieux éduquer plutôt que de dépénaliser ? Mais quelle éducation ? Certainement pas l’éducation matérialiste qui ne donne aucune réponse au besoin de spiritualité d’un adolescent. La drogue ne répond pas au pourquoi de l’existence pas plus qu’elle ne nous renseigne sur qui nous sommes en tant qu’être humain ! Elle conduit à une illusion destructrice de la conscience intérieure. Elle produit un individu dépendant et stimule son animalité aux dépens de son humanité.

Que l’on dépénalise le cannabis pour permettre à ceux qui ont des maladies graves et des douleurs de se soigner, oui ! Mais alors, qu’on explique aussi jour après jour ce que je viens de dire, les risques que cela représente pour l’individu normal. Peut-être que le meilleur moyen de lutter contre les vendeurs de drogue serait de conseiller aux enfants la méditation, de pratiquer un art ou d’avoir une démarche spirituelle authentique.

Article paru dans le journal ALTERNATIVE SANTE nº 36

 

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

 

Le four à micro-ondes : une arme domestique

Lors de la dernière guerre mondiale, les ouvriers travaillant dans les usines qui fabriquaient des radars, avaient remarqué qu'ils pouvaient se chauffer les mains à proximité du magnétron, pièce maîtresse du système. En 1945, l'Américain Percy Spencer, ingénieur électronicien, emballa un magnétron de radar dans une boîte métallique : le four à micro-ondes était né. Ce qu'on ne savait pas à l'époque, c'est que toutes les qualités nutritives des aliments étaient détruits par ce procédé et que les aliments en devenaient même toxiques.

more